LITQUAKE : Rencontre avec l’écrivain Fiston Mwanza Mujila

Né en République démocratique du Congo en 1981, Fiston Mwanza Mujila vit à Graz, en Autriche. Il a écrit des recueils de poèmes, des nouvelles et des pièces de théâtre. Il a reçu de nombreux prix dont la médaille d’or de littérature aux VIe Jeux de la Francophonie à Beyrouth. Son roman Tram 83 a été traduit en anglais en septembre 2015. Rencontre à San Francisco lors du Festival annuel littéraire de San Francisco LITQUAKE.

JPEG

"Je suis venu présenter mon roman Tram83 qui est paru mi-septembre en anglais. San Francisco, c’est la dernière étape pour moi d’une tournée de 3 semaines aux Etats-Unis, organisée par le service culturel de l’Ambassade de France aux Etats Unis. Trois semaines de chouettes rencontres dans les festivals, dans les universités ou dans les milieux scolaires. De très belles expériences autour du partage de l’écriture, de ma propre écriture, du rôle de l’écrivain, de la chose littéraire…

Je viens d’un pays où quand les gens voyagent, c’est pour les affaires, l’argent, la politique. Moi, je le fais pour parler de littérature, de l’imaginaire, de la poésie, des mots. Je trouve cela assez extraordinaire de faire une tournée de New York à San Francisco pour parler de la vie au travers du prisme de la littérature.

JPEG

Tram83 parle d’une ville pays imaginaire qui fait sécession. Dans ce pays à part entière arrive des gens de partout, assoiffés par l’argent facile et le plaisir du bas ventre. Tout se passe dans cette ville océan, cette ville fourre-tout. Et là, débarque un écrivain qui veut faire de la littérature dans un pays sans mémoire. Il est question de la littérature dans les pays post conflit ou en conflit. Dans Tram83, il est question de la puissance de la littérature, des mots.

C’est une très belle expérience de pouvoir élargir mon lectorat aux Etats-Unis. Cela me permet de partager mon imaginaire, faire vivre autrement mes personnages. Quand j’ai écrit cet ouvrage, je n’imaginais pas mes personnages parlant anglais. Maintenant c’est fait. Cette traduction en anglais, c’est comme un deuxième livre, avec son monde, ses odeurs.

Je me définis comme un homme libre. Je suis né à Lubumbashi (RDC), j’ai fait mes études là-bas. J’ai commence à écrire de la poésie, des nouvelles, des pièces de théâtre. Aujourd’hui, je vis en Autriche où j’écris et j’enseigne la littérature africaine francophone à l’Université de Graz. Ça, c’est ma petite histoire. Au delà, c’est l’histoire d’un pays, d’un continent que je transporte, de ma ville que je transporte, d’un peuple, d’une généalogie.

Tram83 ? Car les personnages de ce roman ne vivent que la nuit, comme le Tram83 à Bruxelles qui ne fonctionne que la nuit. La correspondance est intéressante. Ce tram a été inauguré le 30 juin, et l’indépendance du Congo est le 30 juin. Pour moi, le Tram83 est ce lieu, de manière métaphorique, où l’on perd la notion du temps et de l’espace. Quand on rentre dans le tram, on peut se retrouver facilement dans une ville au Gabon, facilement à Johannesburg, en Ukraine, en Egypte, à Paris ou à San Francisco. J’avais envie en construisant ce roman de déconstruire le monde et de le reconstruire à ma manière."

(extrait de notre rencontre au consulat avec Fiston Mwanza Mujila, le 09/10/2015)

Dernière modification : 09/10/2015

Haut de page