Visite à San Francisco de Gérard Araud

L’ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, était à San Francisco du 4 au 6 octobre, 2016. Sa seconde visite dans la région de la Baie de San Francisco a eu une dominante culturelle, universitaire et technologique.

Retrouvez toute la visite de Gérard Araud en images

PNG

Visite

JPEG

La France tient une place importante dans la vie artistique de San Francisco. Le Contemporary Jewish museum, le San Francisco Art Institute et le SFMOMA sont notamment des institutions prometteuses en termes de partenariats avec la France en art contemporain.

Gérard Araud a rencontré mardi 4 octobre au Contemporary Jewish museum la directrice Lori Starr et le conservateur en chef Renney Pritikin. Fondé en 1984, le CJM, cube d’acier bleu, situé à quelques encablures du SFMOMA dans le quartier des musées, est devenu un bâtiment emblématique de la ville. En 2015, l’artiste français Laurent Grasso y a présenté une installation fort remarquée, intitulée « Soleil noir », au sein de l’exposition Night Begins the Day : Rethinking Space, Time, and Beauty.

Au San Francisco Art Institute (SFAI), l’ambassadeur s’est entretenu notamment avec Rachel Schreiber, présidente par intérim du SFAI. Créé en 1871, le San Francisco Art Institute est considéré comme l’une des écoles d’arts les plus prestigieuses des États-Unis. En 2016, les Services culturels du consulat ont initié un nouveau partenariat avec le SFAI, notamment dans le cadre de l’opération « Gender in Translation », consacrée au dialogue franco-américain dans le domaine des études de genre (gender studies).

Le lendemain, mercredi 5 octobre, c’est au SFMOMA, rouvert depuis mai 2016, que G. Araud s’est rendu. Il a été accueilli par le Directeur Neal Benezra, et la directrice adjointe Ruth Berson. Avec une surface doublée, le SFMOMA constitue désormais, par ses dimensions, le plus grand musée d’art contemporain des États-Unis (42 000 m2 sur 7 étages, dont 15 000 m2 de surfaces d’exposition, soit 1 800 de plus que le MOMA de New York). Depuis l’exposition Matisse de 1936, ce musée entretient des relations privilégiées avec les musées français, a expliqué à l’ambassadeur de France la conservatrice Janet Bishop. Au cours des années, il a accueilli de grandes expositions d’artistes français, dont celle consacrée à Chagall en 2003. De même, les Français ont notamment pu découvrir en 2015, les œuvres les plus emblématiques du SFMOMA au Grand Palais et au Musée Granet d’Aix-en-Provence, sous le titre « American Icons ».

JPEG

Quant aux collections permanentes du SFMOMA, elles comportent près de 3 000 œuvres françaises, parmi lesquelles de nombreuses pièces de Matisse, Picasso, Monet, Renoir, Cézanne, Chagall, Degas ou encore Sophie Calle, Christian Boltanski et Yves Klein.

L’après-midi, à l’Université de Californie à San Francisco, Gérard Araud a rencontré le Chancelier Sam Hagwood et l’entrepreneur français Fabien Beckers, fondateur d’Arterys, startup dans l’imagerie médicale. 21ème au classement de Shanghai en 2016, UCSF est, comme UC Berkeley, UCLA ou UC Davis, l’un des 10 campus de l’Université de Californie. Sur le site de Mission Bay, une ancienne zone d’entrepôts et de chantiers navals, un des plus grands projets de « quartier médical » au monde a démarré en 2003. S’y côtoient les bâtiments d’enseignement de l’université et nombre de ses laboratoires de recherches, un hôpital pédiatrique ultra-moderne (financé par un don de 100 M$ de Marc Benioff, fondateur de Salesforce), mais également des incubateurs de startups et des fonds d’investissements dédiés à l’innovation médicale. La présence française y est notable, avec une cinquantaine de post-doctorants et plusieurs médecins chercheurs de haut niveau. UCSF entretient aussi des liens industriels avec des entreprises françaises, telles que L’Oréal ou Sanofi.

Le soir, à la Résidence de France à San Francisco, l’ambassadeur de France a remis la Légion d’Honneur à Gilbert Soroquère, français, résistant à l’âge de 15 ans, engagé volontaire pour la Libération de la France, pendant la 2ème guerre mondiale.

Puis, s’est tenu à la Résidence la soirée de lancement de "France Alumni USA" à San Francisco en présence d’une centaine d’alumnis, à environ 90% américains, qui ont étudié en France. La soirée s’inscrivait dans la continuité de la réception organisée à New York le 21 septembre, en présence du Ministre des Affaires étrangères et du Développement international, et a permis la création de synergies entre les alumnis, de rester en réseau et de valoriser leur séjour en France dans un cadre professionnel.

Jeudi 6 octobre, Gérard Araud a rencontré Marc Tessier-Lavigne, le nouveau président de Stanford University. C’est la première fois qu’un président francophone est nommé à Stanford, depuis la création de l’université il y a 125 ans (1er octobre 1891).

JPEG

La présence française à Stanford est importante : 120 étudiants (réunis en association), un département de français dynamique (dirigé depuis peu par Cécile Alduy), des enseignants emblématiques (tel le roboticien Oussama Khatib ou le philosophe Jean-Pierre Dupuy), des chercheurs industriels détachés (en géophysique par exemple, grâce à un accord avec Total), de nombreux chercheurs de passage (y compris au SLAC, l’accélérateur linéaire de particules de Stanford).

Avant de repartir pour Washington, Gérard Araud a visité le campus Facebook à Menlo Park et s’est entretenu avec des chargés de projets philanthropiques de la société dans le domaine du numérique et de l’aide au développement (Chan-Zuckerberg initiative, Internet.org…).

JPEG

Dernière modification : 07/10/2016

Haut de page