#NETVA 2016 : Rencontre avec Arnaud, CEO de Regaind

Du 16 au 22 octobre 2016, à San Francisco, se tient la semaine NETVA, programme organisé par le service scientifique du consulat et dédié au développement des jeunes startups françaises sur les marchés américains des hautes-technologies. Parmi les 6 startups lauréates, Regaind... Cette startup, basée à Paris, fait de l’analyse et de la classification automatique de photos. Rencontre avec le CEO Arnaud Laurenty en pleine immersion dans la Silicon Valley.

JPEG

Regaind, qu’est-ce que c’est ?

Nous sommes une entreprise spécialisée en vision par ordinateur. On a développé des algorithmes qui se mettent à votre place pour vous aider à trier vos photos et pour pouvoir les utiliser plus facilement ! Via un bot, Keegan, sorte de coach AI, on arrive à trouver les photos qui comptent pour les gens.

A qui s’adresse votre produit ?

L’intelligence artificielle que nous construisons, nous la proposons aujourd’hui à des entreprises du secteur de la photo, comme les imprimeurs par exemple. Les photos de leurs clients sont devenues tellement abondantes que peu de personnes prennent le temps de les trier et d’aller ensuite commander un album photo. Donc B-to-B, mais aussi B-to-C ! On envisage d’offrir pour les particuliers notre service pour qu’ils puissent reprendre le contrôle sur leurs souvenirs numériques...

JPEG

Comment fonctionne votre technologie ?

Nous sommes partis d’une base constituée d’images sur lesquels des professionnels et des personnes issues d’écoles de photo se sont prononcées : l’éclairage donne un effet sympa sur celle-ci, la composition est bancale sur celle là, etc. Nous avions plus de 90 critères. Et nous avons eu environ 20.000 heures d’annotation par ces personnes. L’étape d’après a été d’apprendre à des machines à reproduire ce comportement. Techniquement, on est sur des problématiques qui mêlent à la fois des traitements dits de bas niveau, comprendre ce qui se passe au niveau des pixels, et des problématiques d’apprentissage. L’apprentissage automatique est une discipline assez récente et qui donne des résultats remarquables sur les images !

En quoi votre startup est-elle disruptive ?

Le tri, c’est la dernière étape manuelle dans le secteur de la photo. Tout le reste est automatique ! Et cette dernière étape est un vrai problème... On veut être les meilleurs sur cette partie technologique. De même qu’aujourd’hui on peut parler à son téléphone, demain on pourra faire confiance à son ordinateur pour trier ses photos.

JPEG

Comment a commencé Regaind… ?

La genèse du projet, c’est le baptême de mon petit garçon, en 2014. Ma collection de photos a explosé… Je me suis rendu compte que je ne voulais pas faire cet exercice fastidieux de passer des heures derrière mon ordinateur à trier 500 photos. À ce moment là, j’ai pensé : il doit exister quelque chose, et si cela n’existe pas, il faut le créer ! J’ai rencontré Guillaume Seguin (alors élève du département d’informatique de l’ENS) expert sur ces sujets de vision par ordinateur et photographe amateur avec les mêmes frustrations que moi. Le projet est né. On a levé, début 2016, 400.000 euros auprès d’un fonds d’entrepreneurs Side Capital (avec notamment au board Frédéric Mazzella de BlaBlaCar). Au même moment, nous étions lauréat au Concours Mondiale de l’Innovation, et avons reçu 200.000 euros de subvention. Aujourd’hui nous sommes une équipe de 7 personnes. Notre objectif 2017 ? Valider le marché de l’impression à l’international et attaquer un autre marché, celui de l’appareil photo afin d’aider les gens à prendre des photos de meilleure qualité.

JPEG

Le marché américain est-il intéressant pour vous ?

Tout à fait ! Le gros marché à la fois B-to-B et B-to-C pour la photo, ce sont les USA. Nous voulons, dans le cadre de NETVA, signer des contrats commerciaux avec des entreprises américaines. Cette semaine d’immersion NETVA est bien calibrée, car on a commencé par se mettre dans le bain en s’immergeant dans cette culture Silicon Valley avec des pitch sessions, des entretiens collectifs qui ont généré des contacts supplémentaires... L’entraide dans la communauté française de la Silicon Valley est top ! Le réseau fonctionne bien. Il nous aide à être en contact avec des décideurs. Maintenant, on est prêt pour les rendez-vous individuels !

JPEG

Dernière modification : 20/10/2016

Haut de page